Devant la cour d'appel, Jérôme Cahuzac avoue « avoir peur » de la prison

Devant la cour d'appel, Jérôme Cahuzac avoue « avoir peur » de la prison

Loan Tranthimy
| 12.02.2018
  • procès Cahuzac 2018

C'est dans une petite salle d'audience bondée de journalistes que le nouveau procès de Jérôme Cahuzac, 65 ans, s'est ouvert ce lundi devant la cour d'appel de Paris. Entouré de ses avocats, Eric Dupond-Moretti et Jean-Alain Michel, l'ancien député socialiste du Lot-et-Garonne est resté assis, tête baissée durant le rappel des faits.

Jusqu'au 21 février, l'ex ministre du Budget de François Hollande doit à nouveau s'expliquer sur les accusations de fraude fiscale et de blanchiment pour lesquelles le tribunal correctionnel l'a condamné à trois ans de prison ferme et à cinq ans d'inéligibilité en 2016.

Comptes cachés, montages complexes, mensonges : le procès en appel devrait revenir également sur les activités lucratives de sa clinique d'implants capillaires ou son passé de consultant pour l'industrie pharmaceutique.

Peine aménageable

Pour l'ex-pourfendeur de la fraude fiscale, l'enjeu est d'échapper à la prison. Interrogé par le président de la cour d'appel, Dominique Pauthe, sur les raisons de son appel, l'ancien chirurgien, chemise blanche ouverte et sobre veste noire, a répondu avec une voix à peine audible. « J'éprouve un sentiment assez banal, la peur. La peur d'aller en prison, j'imagine comme tout le monde… Je reconnais les faits. J'ai décidé d'interjeter appel d'abord en pensant aux miens ».

De fait, Jérôme Cahuzac peut voir sa peine allégée ou alourdie. Si la cour d'appel confirme le jugement du tribunal correctionnel, l'ex-ministre ira directement derrière les barreaux. En revanche, si la peine est égale ou inférieure à deux ans d'emprisonnement, le prévenu pourra demander une peine aménageable.

Ses avocats devraient plaider qu'une incarcération de leur client « n'est pas justifiée par la gravité des faits », estimant qu'on ne pouvait pas retenir comme circonstance aggravante sa qualité de ministre alors que la fraude avait démarré bien avant.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 36 Commentaires
 
Luigi Médecin ou Interne 14.02.2018 à 17h39

Mentir de la sorte caractérise un personnage sans foi ni loi....et témoigne en plus de bêtise, ....Tout se paye...Il doit payer, lourdement et ne plus exercer, jamais, ce serait la moindre des choses!

Répondre
 
CHRISTIAN B Médecin ou Interne 14.02.2018 à 15h06

La prison ? N0N... Il n' a tué personne, il n"a violé personne... il n"est pas dangereux... iI en a déjà bien pris plein la g... Il a tout perdu...

Répondre
 
Colombine Médecin ou Interne 24.02.2018 à 10h47

T'inquiètes, il a la retraite de la CARMF ... qui certes, est minable ....

Répondre
 
jacques T Médecin ou Interne 24.02.2018 à 15h50

Et les retraites de député (très confortable pour 2 mandats) , de maire, de ministre et ses participations dans des sociétés....le pauvre homme...

Répondre
 
jean-noel t Médecin ou Interne 14.02.2018 à 08h31

1 mois en prison c'est suffisant pour comprendre, par contre confiscation de tous ces biens et radiation définitive à l'Ordre.
Il ira "bosser" comme tout le monde à l'usine

Répondre
 
MIREILLE C Médecin ou Interne 14.02.2018 à 10h57

Savez vous que, comme la perpétuité au pénal, la radiation de l'ordre n'est en fait jamais définitive.

Répondre
 
Scared Médecin ou Interne 15.02.2018 à 17h40

à 65 ans ?

Répondre
 
Supersic Médecin ou Interne 13.02.2018 à 13h43

Sur le plan médical le docteur Cahuzac a au moins le mérite d'avoir su exploiter son diplôme pour en tirer des revenus en proportion ce qui est normal. Plutôt que de passer sa vie à 25 euros l'acte Lire la suite

Répondre
 
pierre b Médecin ou Interne 13.02.2018 à 13h01

La vraie question c'est : est ce que il a bien payé pour sa fraude ? que lui reste t'il des benefices engrangés avec sa fraude ? a t'il payé pour sa faute morale ? un peu, beaucoup, pas du tout, ... Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 28

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter