Pour le CNGE, « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée »

Pour le CNGE, « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée »

Fabienne Rigal
| 27.06.2017

À la suite de la possibilité envisagée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, d’étendre temporaire l’obligation vaccinale à tous les vaccins pédiatriques, les réactions, positives comme négatives, n’ont pas tardé. C’est maintenant le conseil scientifique du Collège national des généralistes enseignants (CNGE) qui s’exprime sur le sujet, considérant que « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée ».

Tout comme la ministre, le CNGE regrette le paradoxe de la coexistence de vaccins obligatoires et facultatifs (une exception française). Pour le CNGE, il « entraîne une incompréhension de certains médecins et parents », consolidant « un climat de méfiance et (favorisant) l’hésitation vaccinale ».

Agnès Buzyn basait sa réflexion sur la concertation citoyenne ayant recommandé fin 2016 l’élargissement de l’obligation vaccinale, sur la recrudescence de cas de rougeole, et sur la nécessité d’une solidarité nationale en la matière.

Campagne de communication et participation des médecins

Pour le CNGE, « il n’y a aucun élément scientifique pour attester que cette mesure aboutisse à une meilleure protection, notamment pour les enfants. Il est à craindre que son caractère autoritaire renforce la défiance et la suspicion d’une partie croissante de la population ».

Tout en affirmant leur attachement à la prévention vaccinale, les généralistes universitaires soulignent par ailleurs que « l’obligation est contradictoire avec les notions d’approche ou de démarche centrée patient, par ailleurs promue par la Haute Autorité de santé, et avec les principes éthiques d’autonomie » et que « les vaccins n’ont pas tous la même pertinence clinique, le même intérêt individuel et/ou collectif, ni le même profil de tolérance ». Ils préconisent donc de mettre en place « une campagne de communication négociée avec les médecins et les représentants des usagers », « de s’appuyer sur une approche spécifique énonçant les balances bénéfices/risque vaccin par vaccin », « de promouvoir une organisation cohérente de la politique vaccinale, en s'appuyant sur les professionnels de première ligne » et « de veiller à la disponibilité des différents types de vaccins ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 15 Commentaires
 
patricia b Médecin ou Interne 07.07.2017 à 09h50

vacciner c'est empêcher décès et séquelles. les parents n'ont pas le droit de vie ou de mort sur leurs enfants. moi j'ai peur quand une famille refuse les vaccins que leurs enfants en subissent les Lire la suite

Répondre
 
didier g Médecin ou Interne 28.06.2017 à 18h08

Les enfants qui font une encéphalite avec la rougeole sont des enfants qui présentent un déficit immunitaire. Or le vaccin est contre-indiqué en cas de déficit immunitaire. Si le vaccin est Lire la suite

Répondre
 
avatar Médecin ou Interne 28.06.2017 à 17h41

Revu ce matin famille opposée aux vaccins car la grand-mère hépatite chronique (en fait pist infection B et C..., un oncle présenté SEP en fait accident de voiture, j'ai halluciné du mensonge) j'y ai Lire la suite

Répondre
 
PIERRE G Médecin ou Interne 28.06.2017 à 20h02

LA SOLUTION :Faire signer par les 2 parents le carnet de santé" confirmant le refus en connaissance de toutes les conséquences possibles de ce refus" (Exemple : cette jeune maman=cancer du col de Lire la suite

Répondre
 
jean pierre m Médecin ou Interne 28.06.2017 à 16h05

Bien dans la veine de la décision de la Cour de justice européenne sur la responsabilité des vaccins dans certains accidents/complications de ces vaccinations.

Répondre
 
CLAUDE O Médecin ou Interne 28.06.2017 à 10h04

Le risque bénéfice-risque existe mais mettre de l'aluminium est un risque de plus qui majore le discrédit....

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn : « Si j'ai besoin d'un secrétaire d'État, j'en ferai part au Président »

buzyn

« Non ». C'est ce qu'a répondu sans fard la ministre de la Santé à la journaliste de LCI, qui lui demandait ce vendredi matin si elle avait... Commenter

Dr Patrick Gasser (UMESPE) : « La revalorisation d'un ou deux euros, c'est obsolète »

Abonné
Gasser

La branche spécialiste de la CSMF (UMESPE) organise samedi les premiers États généraux de la médecine spécialisée à Paris. Centres... 1

Des avatars virtuels aident les schizophrènes à lutter contre leurs voix

schizophrènes

Comment aider les 25 % de patients schizophrènes qui continuent d'entendre des voix menaçantes malgré leur traitement pharmacologique ?... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter