Pour le CNGE, « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée »

Pour le CNGE, « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée »

Fabienne Rigal
| 27.06.2017

À la suite de la possibilité envisagée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, d’étendre temporaire l’obligation vaccinale à tous les vaccins pédiatriques, les réactions, positives comme négatives, n’ont pas tardé. C’est maintenant le conseil scientifique du Collège national des généralistes enseignants (CNGE) qui s’exprime sur le sujet, considérant que « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée ».

Tout comme la ministre, le CNGE regrette le paradoxe de la coexistence de vaccins obligatoires et facultatifs (une exception française). Pour le CNGE, il « entraîne une incompréhension de certains médecins et parents », consolidant « un climat de méfiance et (favorisant) l’hésitation vaccinale ».

Agnès Buzyn basait sa réflexion sur la concertation citoyenne ayant recommandé fin 2016 l’élargissement de l’obligation vaccinale, sur la recrudescence de cas de rougeole, et sur la nécessité d’une solidarité nationale en la matière.

Campagne de communication et participation des médecins

Pour le CNGE, « il n’y a aucun élément scientifique pour attester que cette mesure aboutisse à une meilleure protection, notamment pour les enfants. Il est à craindre que son caractère autoritaire renforce la défiance et la suspicion d’une partie croissante de la population ».

Tout en affirmant leur attachement à la prévention vaccinale, les généralistes universitaires soulignent par ailleurs que « l’obligation est contradictoire avec les notions d’approche ou de démarche centrée patient, par ailleurs promue par la Haute Autorité de santé, et avec les principes éthiques d’autonomie » et que « les vaccins n’ont pas tous la même pertinence clinique, le même intérêt individuel et/ou collectif, ni le même profil de tolérance ». Ils préconisent donc de mettre en place « une campagne de communication négociée avec les médecins et les représentants des usagers », « de s’appuyer sur une approche spécifique énonçant les balances bénéfices/risque vaccin par vaccin », « de promouvoir une organisation cohérente de la politique vaccinale, en s'appuyant sur les professionnels de première ligne » et « de veiller à la disponibilité des différents types de vaccins ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Maladie de Lyme : à la veille du protocole national de soins de la HAS, le point sur l'épidémiologie en France

lyme

L'incidence annuelle de borrélioses de Lyme a significativement augmenté en médecine générale au cours de l'année 2016, révèle le réseau... Commenter

Dans le Gard, un chirurgien interdit de bloc dans une guerre des bistouris entre un hôpital et une clinique

chirurgien gard

Une direction d'hôpital qui se met en travers du chemin d'un chirurgien et de son patient, pour l'empêcher d'opérer… La scène est... 1

Lithium pendant la grossesse : des malformations fœtales, mais moins qu’on pensait, et pas cardiaques

lithium

Les résultats de la plus large étude à évaluer les risques pour le fœtus, la grossesse, et l’accouchement d'une exposition au lithium... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter