Pour le CNGE, « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée »

Pour le CNGE, « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée »

Fabienne Rigal
| 27.06.2017

À la suite de la possibilité envisagée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, d’étendre temporaire l’obligation vaccinale à tous les vaccins pédiatriques, les réactions, positives comme négatives, n’ont pas tardé. C’est maintenant le conseil scientifique du Collège national des généralistes enseignants (CNGE) qui s’exprime sur le sujet, considérant que « l’obligation vaccinale est une réponse simpliste et inadaptée ».

Tout comme la ministre, le CNGE regrette le paradoxe de la coexistence de vaccins obligatoires et facultatifs (une exception française). Pour le CNGE, il « entraîne une incompréhension de certains médecins et parents », consolidant « un climat de méfiance et (favorisant) l’hésitation vaccinale ».

Agnès Buzyn basait sa réflexion sur la concertation citoyenne ayant recommandé fin 2016 l’élargissement de l’obligation vaccinale, sur la recrudescence de cas de rougeole, et sur la nécessité d’une solidarité nationale en la matière.

Campagne de communication et participation des médecins

Pour le CNGE, « il n’y a aucun élément scientifique pour attester que cette mesure aboutisse à une meilleure protection, notamment pour les enfants. Il est à craindre que son caractère autoritaire renforce la défiance et la suspicion d’une partie croissante de la population ».

Tout en affirmant leur attachement à la prévention vaccinale, les généralistes universitaires soulignent par ailleurs que « l’obligation est contradictoire avec les notions d’approche ou de démarche centrée patient, par ailleurs promue par la Haute Autorité de santé, et avec les principes éthiques d’autonomie » et que « les vaccins n’ont pas tous la même pertinence clinique, le même intérêt individuel et/ou collectif, ni le même profil de tolérance ». Ils préconisent donc de mettre en place « une campagne de communication négociée avec les médecins et les représentants des usagers », « de s’appuyer sur une approche spécifique énonçant les balances bénéfices/risque vaccin par vaccin », « de promouvoir une organisation cohérente de la politique vaccinale, en s'appuyant sur les professionnels de première ligne » et « de veiller à la disponibilité des différents types de vaccins ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Assemblée Nationale
Focus

Enquête sur la nouvelle effervescence parlementaire Abonné

Des députés francs-tireurs qui proposent des lois en dehors de leurs groupes et qui obtiennent la création de commissions d’enquête ou de missions d’information inquisitoriales ; des lanceurs d’alerte qui interpellent bruyamment le gouvernement ; des parlementaires qui déposent inlassablement et par centaines des questions écrites pour mettre la pression sur la ministre. À gauche comme à droite,... 2

L'UFML reproche à la Sécu de « jouer au docteur » avec PRADO et SOPHIA

secu-medecin chacun son metier

Désormais constituée en syndicat, l’Union française pour une médecine libre (UFML), présidée par le Dr Jérôme Marty, repart au front contre... 33

Les praticiens hospitaliers beaucoup moins payés que les remplaçants : le SNPHARe met les pieds dans le plat

praticiens hospitaliers

La diffusion par l’agence régionale de santé (ARS) Occitanie d’un document détaillant les différentes modalités légales de rémunérer un... 14

Grogne sociale : le Syndicat de la médecine générale appelle la profession à participer aux caisses de grève

manif

Cheminots, hospitaliers, étudiants, retraités… les mouvements sociaux actuels ne laissent pas de marbre le Syndicat de la médecine générale... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter