COP21 : l’Ordre appelle les médecins à s’impliquer

COP21 : l’Ordre appelle les médecins à s’impliquer

04.12.2015
  • COP21 : l’Ordre appelle les médecins à s’impliquer - 1

    COP21 : l’Ordre appelle les médecins à s’impliquer

Le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM), en collaboration avec l’Alliance Européenne pour la Santé et l’Environnement (HEAL), l’Association Médicale Mondiale (AMM) et la Fédération Internationale des Associations des Etudiants en Médecine a organisé, en marge des négociations de la COP21, un événement intitulé : « Les professionnels de santé en action pour des énergies et un climat sains ».

Membre de l’Association médicale mondiale, qui mène depuis 2009 un combat pour encourager l’implication de médecins dans les actions liées au climat, le CNOM a signé l’Appel de l’OMS pour le climat et la santé et a tenu à se positionner clairement sur la question qui occupe actuellement à Paris tous les dirigeants de la Planète. Pour son président, le Dr Patrick Bouet, « les changements climatiques sont avant tout une question de santé publique ».

Il ne suffit plus de soigner, il faut également alerter

Si l’omniprésence de l’utilisation des énergies fossiles dans toutes les économies de la planète constitue une menace avérée pour la santé publique, à l’instar de ces 80 nouvelles centrales à charbon actuellement en construction en Turquie et dénoncées par le Dr Bayazit Ilhan de l’Association médicale turque, alors les professionnels de santé doivent élever la voix et s’impliquer davantage. C’est en substance le message que le Dr Maria P. Neira, directrice du département de l’OMS Santé publique et environnement, a fait passer à ses confrères.

En accord avec le Dr Bouet qui a rappelé qu’il était désormais « impératif de faire appel aux organisations médicales professionnelles pour exhorter les politiciens locaux à limiter les émissions dans nos villes », le Dr Neira a souligné de son côté l’urgence de « mobiliser la communauté médicale pour agir sur les changements climatiques ».

Selon elle, « les médecins ne doivent plus uniquement se concentrer sur le soin, mais également rappeler aux hommes politiques qu’il est primordial de régler le problème ». Son souhait : « Entendre plus de médecins s’exprimer sur le sujet de la santé et des changements climatiques ». L’enjeu est désormais d’être en mesure de « fournir des données précises prouvant le bénéfice des actions déjà entreprises dans le sens d’un changement vers moins d’émissions de gaz toxiques et à effet de serre ».

Pour un super ministère de la Santé et de l’Environnement

Qu’il s’agisse du Dr Isabella Annesi-Maesano, de la Société respiratoire européenne (ESR), du Dr Frederica P. Perera, du Centre Columbia (USA) pour la santé environnementale des enfants ou du Dr K. Srinath Reddy, de la Fondation indienne de Santé Publique, le constat est pour tous le même : l’utilisation des énergies fossiles influence directement la santé des personnes et élève significativement la prévalence et l’incidence des affections respiratoires dans le monde.

Pour le Dr Tadeusz Zielonka, de la Société polonaise des maladies pulmonaires, « ces faits doivent désormais être enseignés et connus de tous les médecins. D’un spécialiste des maladies, le médecin doit désormais se muer en spécialiste de la bonne santé ».

Alors que faire ? « Il est désormais évident que beaucoup d’éléments qui ont un impact négatif sur la santé publique ne dépendent pas ou plus des seuls ministères de la Santé », constate Sir Andy Haines, de la London School of Hygiene and Tropical Medecine. L’une des voies qu’il conviendrait selon lui d’emprunter passe par « la constitution dans tous les gouvernements nationaux d’un cabinet transministériel en charge des questions d’environnement et de santé ».

Pour que les changements nécessaires puissent se produire, il est également essentiel, selon le Dr Neira, de « sans cesse rappeler qu’éliminer les risques environnementaux permettrait de sauver 13 millions de vies par an ».

Benoît Thelliez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
PETER J Médecin ou Interne 08.12.2015 à 00h19

On va s'impliquer comme le CO s'est impliqué pour la loi santé ( pour défendre le code de déontologie et pour respecter notre serment ) CAD ; on va faire la sieste pendant que la mer monte et qu'on Lire la suite

Répondre
 
Salters75 Médecin ou Interne 04.12.2015 à 21h33

«  tout les jours un nouvelle tache... comme au début du règne de flamby, tout les jours une nouvelle taxe !
bien sûr avec le C bloqué à 23 euros
hier, le sport sur ordonnance
aujourdhui les retou Lire la suite

Répondre
 
René L. médecin. Médecin ou Interne 05.12.2015 à 06h14

« Bonjour
Sans parti-pris politique, un bon conseil vaut mieux qu'un mauvais traitement, la prévention du risque sanitaire, est je le pense un soin préventif, informer le patient me semble un minimum Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 4

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter