Loi de santé : les députés votent la suppression du délai légal de réflexion pour l’IVG

Loi de santé : les députés votent la suppression du délai légal de réflexion pour l’IVG

09.04.2015
  • Loi de santé : les députés votent la suppression du délai légal de réflexion pour l’IVG-1

L’Assemblée nationale a adopté l’article 17 bis supprimant le délai de réflexion de 7 jours entre la première et la deuxième consultation pour une interruption volontaire de grossesse (IVG), introduit par la présidente de la délégation aux droits des femmes, Catherine Coutelle, lors de l’examen de la loi de santé en commission des affaires sociales.

Les députés ont rejeté par 40 voix contre 22 les amendements des rangs de l’UMP et de l’UDI destinés à supprimer cet article.

Les défenseurs de la suppression du délai légal de réflexion ont dénoncé son effet culpabilisateur sur les femmes, alors qu’il stigmatise l’IVG comme un acte médical à part. « Il est souvent vécu dans une grande solitude », a déclaré la rapporteure Bernadette Laclais (PS). « Croyez-vous vraiment que lorsqu’une femme prend la décision d’aller voir un médecin pour demander d’avorter, elle n’ait pas déjà réfléchi ? », a interrogé l’écologiste Brigitte Alain. « Les femmes n’ont pas besoin d’un délai de réflexion pour savoir ce qu’elles font », a affirmé la socialiste Fanélie Carrey-Conte. Il est « infantilisant », juge la médecin députée Michèle Delaunay.

« Banalisation » versus « normalisation »

L’opposition (16 hommes et une femme sur les bancs de l’UMP) a dénoncé une « banalisation de l’avortement », selon les mots de Xavier Breton. « Vous êtes en train de détruire par idéologie l’équilibre la loi de 1975 entre la protection de la vie à naître et la liberté des femmes », a-t-il lancé à la majorité. « L’équilibre de la loi Veil n’a pas vocation à être figé pour l’éternité, la société a évolué (...). La relation à l’IVG ne s’est pas banalisée, elle s’est normalisée », a répondu Marisol Touraine.

D’autres députés UMP ont contesté la forme. Arnaud Robinet, qui s’est dit « ouvert sur le sujet », a regretté que la question ait été réglée par un amendement en commission.

L’UMP a enfin terminé sur une comparaison spécieuse entre femme et voiture. « Quand vous achetez une voiture vous avez quelques jours de réflexion. Ne considérez-vous pas que quand il y a une IVG, il n’y a pas la nécessité de prendre le temps de la réflexion ? », a demandé François de Mazières. « Cessez de considérer les femmes comme des voitures ! », a rétorqué Marisol Touraine.

IVG instrumentales dans les centres de santé

Les députés ont adopté après l’article 16, avec le soutien du gouvernement, un amendement socialiste présenté par Catherine Coutelle autorisant les centres de santé à pratiquer des IVG instrumentales, par aspiration, dans les conditions techniques et de sécurité qui seront définies par la Haute Autorité de santé (ces centres ne pouvaient réaliser jusqu’à présent que des IVG médicamenteuses).

Marisol Touraine avait annoncé cette mesure le 16 janvier 2015 lors de la présentation du programme national d’action pour l’amélioration de l’accès à l’IVG.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
GILLES M Médecin ou Interne 25.07.2015 à 10h24

« Marisol Touraine se sent moralement indemne de la mort de 230 000 enfants à venir en France chaque année, par convenance personnelle , alors que tous les moyens de contraception sont aisément acces Lire la suite

Répondre
 
Gynéco Médecin ou Interne 12.04.2015 à 11h18

« Déjà plus besoin d'être accompagnée par une conseillère ou psychologue...
Déjà plus besoin de prévenir les parents pour les mineures...
Déjà suppression de la notion de détresse, sur laquelle on e Lire la suite

Répondre
 
MARIE ODILE K Médecin ou Interne 10.04.2015 à 14h14

« La loi autorise désormais les SF à faire les IVG médicamenteuses. On suppose qu'elles vont avoir l'assurance pro qu'il faut, l'appareil d'écho pour suivre la totalité du protocole, et la convention Lire la suite

Répondre
 
Christine d Autre Professionnel Santé 30.09.2015 à 14h10

Pourquoi faire 12 ans d'études pour être gynécologue alors que les sage-femmes avec 5 ans d'étude ont tout pouvoir, y compris celui de faire des erreurs !

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 10.04.2015 à 22h37

« Pas toujours... et sont souvent sous pression de l'entourage... »

Répondre
 
Michel d Médecin ou Interne 09.04.2015 à 20h55

« Marisol Touraine considère-t-elle qu'une voiture est plus importante qu'un enfant ? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 22

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter