IVG : le délai de réflexion et la clause de conscience dans le viseur de la délégation aux droits des femmes

IVG : le délai de réflexion et la clause de conscience dans le viseur de la délégation aux droits des femmes

20.02.2015

Dans la perspective des discussions parlementaires sur le projet de loi santé (en commission des affaires sociales le 17 mars), la délégation aux droits des femmes (DDF) de l’Assemblée nationale émet, dans un rapport présenté par Catherine Coutelle (députée de la Vienne) et Catherine Quéré (Charente-Maritime), une vingtaine de recommandations sur la prise en compte des spécificités féminines et sur la santé sexuelle et reproductive.

Des IVG instrumentales dans les centres de santé et maisons pluridisciplinaires

La délégation se prononce en faveur de la suppression du délai de réflexion entre la première et deuxième consultation pour une interruption volontaire de grossesse (IVG), et de la suppression de la clause de conscience spécifique qui s’applique depuis 1975 à cet acte médical. L’IVG est déjà soumis à la clause de conscience générale, à laquelle tous les professionnels de santé peuvent recourir. « Cette double clause concourt à faire de l’IVG un acte médical à part, et contribue à limiter l’accès à un droit fondamental », explique la DDF.

La délégation demande que les soignants non médecins (sages-femmes, infirmiers) puissent réaliser la première consultation pour une demande d’IVG, et délivrer l’attestation correspondante (ce qui permettrait de réduire les délais d’attente). Elle réclame l’autorisation pour les centres de santé, mais aussi les centres de planification ou d’éducation familiale (CPEF), les maisons de santé pluridisciplinaires et les sages-femmes, de pratiquer des IVG instrumentales sous anesthésie locale, et appuie plusieurs mesures du programme national d’actions présenté par Marisol Touraine à l’occasion des 40 ans de la loi Veil, comme l’intégration des IVG dans les contrats d’objectifs et de moyens (CPOM) ou le développement d’études et de recherches sur l’IVG en métropole et en outre-mer.

Pour faciliter l’accès à la contraception, la DDF suggère d’améliorer la formation de personnels susceptibles de prescrire ces dispositifs, de renforcer les moyens des CPEF, de développer les « Pass contraception » dans les régions, d’appliquer la circulaire de 2003, inscrivant l’éducation à la sexualité dans les programmes obligatoires, et d’étudier la pertinence d’une mise en vente libre des microprogestatifs dans les pharmacies.

Enjeux spécifiques dans les stratégies politiques et la recherche

La délégation soutient plusieurs mesures destinées à adapter le pilotage des politiques de santé aux spécificités des femmes : intégrer des objectifs particuliers dans la stratégie nationale de santé, publier un baromètre « santé des femmes » tous les deux ans et des données sexuées sur la santé au travail, améliorer leur accès aux postes de direction dans les instances sanitaires, et les associer à l’élaboration des politiques de santé. La DDF suggère aussi de lancer une mission d’évaluation sur les conditions d’essais cliniques de médicaments.

Enfin, la délégation conforte des mesures du projet de loi de Marisol Touraine, comme la généralisation du tiers payant, l’inscription d’un logo nutritionnel, et l’ouverture aux sages-femmes de la vaccination dans les stratégies de cocooning et de la prescription de substituts nicotiniques.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 15 Commentaires
 
23.02.2015 à 11h55

« L’accès à un droit fondamental », explique la DDF. Fondamental ? Le droit à la santé, le droit à l'éducation, le droit à l'alimentation, le droit au logement sont effectivement des droits fondamenta Lire la suite

Répondre
 
22.02.2015 à 16h47

« Honte aux méchants médecins machistes fascites tous males etc.. qui ne comprennent rien au bien fondé des lois MST
le délai de réflexion est maintenant régulièrement mis en cause par les avocats Lire la suite

Répondre
 
21.02.2015 à 11h33

« Un médecin sans conscience est un homme sans honneur ! Un médecin sans Liberté est un homme sans dignité et nuisible pour son prochain !...Ce projet inique imposé à un métier vieux de 5000 ans est Lire la suite

Répondre
 
21.02.2015 à 10h01

« Il est INADMISSIBLE, m'entendez-vous, que la clause de conscience puisse être remise en question par l'état ou qui que ce soit ! Ce rapport est une HONTE, et la DDF doit avoir HONTE aussi de propose Lire la suite

Répondre
 
21.02.2015 à 09h35

« La nécessité d'aller vite, cela s'appelle de la précipitation, et cela n'est jamais bon en Médecine, hormis la prise en charge des urgences vitales.
Ceux qui pensent et décident pour nous ne semble Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter