Prothèses PIP : 57 % des porteuses ont été explantées la plupart à titre préventif

Prothèses PIP : 57 % des porteuses ont été explantées la plupart à titre préventif

14.10.2013
  • 1381766854462921_IMG_113122_HR.jpg

    Prothèses PIP : 57 % des porteuses ont été explantées la plupart à titre préventif

Quelque 17 135 femmes (sur 30 000) se sont fait explanter leurs prothèses en gel de silicone PIP entre 2010 et fin septembre 2013, selon le dernier bilan de l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Au total, on compte 29 577 explants. Depuis mai 2013, ce sont donc 709 personnes supplémentaires qui ont été opérées, et 1 301 explants qui ont été effectués.

Le taux d’implants PIP défaillants reste stable à 25,4 % : L’ANSM recense 7 999 dysfonctionnements pour 7 540 implants, en majorité des ruptures ou la perspiration du produit. Quelque 5 675 femmes sont concernées, tandis que 3 047 (parfois les mêmes) ont observé un effet indésirable (essentiellement des réactions inflammatoires), le taux d’effets indésirables étant lui, de 16,3 %.

Dysfonctionnements à 6 ans

Fin septembre 2013, 4 507 femmes (soit 204 de plus qu’à la fin main 2013) ont subi une explantation à la suite d’un événement indésirable type rupture (en moyenne à 6,4 ans) ou effet indésirable (en moyenne à 6,3 ans).

Mais la majorité des femmes (12 599, soit 444 de plus qu’en mai) ont recours à une explantation préventive. Le phénomène se poursuit, note l’ANSM. Comme en mai, un dysfonctionnement ou un effet indésirable non détecté sont repérés dans 20 % des cas d’explantation préventive.

« Les événements indésirables sont anormalement fréquents et particulièrement précoces », souligne l’ANSM.

L’agence rappelle néanmoins que, selon les avis formulés par l’INCa et les experts de la commission européenne, les tumeurs déclarées ne sont pas reliées aux particularités des prothèses PIP. Un total de 74 cas d’adénocarcinomes mammaires (soit 4 cas supplémentaires par rapport à mai 2013) a été signalé chez les porteuses de PIP. Depuis la découverte du lymphome anaplasique à grandes cellules enregistré en novembre 2011, qui a provoqué la constitution du groupe d’experts de l’INCa, l’agence n’a pas eu connaissance de cas similaires avec des prothèses PIP.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter