Pas exceptionnel

- Publié le 22/09/2009
- Mis à jour le 22/09/2009

Les données épidémiologiques actuelles, et en particulier les données françaises, sont insuffisantes pour obtenir une estimation certaine de la prévalence et de l’incidence du transsexualisme. Néanmoins, à partir des données les plus récentes, on peut estimer la prévalence entre 1 pour 10 000 et 1 pour 50 000, « ce qui indiquerait que le transsexualisme n’est pas un phénomène exceptionnel », note la HAS. En 2006, l’assurance-maladie a reçu 120 demandes de prise en charge de chirurgie de réassignation.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?