Une option pour réduire le risque de comorbidité

Les approches cognitivo-comportementales dans l’insomnie  Abonné

Publié le 13/12/2012
insomnie

insomnie
Crédit photo : Phanie

« IL EST NÉCESSAIRE de s’assurer que les patients sont pris en charge conformément aux recommandations cliniques qui comprennent des techniques non médicamenteuses, plutôt qu’avec des produits prescrits dans une indication erronée », soulignent les auteurs d’une revue de la littérature sur l’insomnie publiée dans « The Lancet ».

Près de 25 % des adultes ont une plainte portant sur la durée ou la qualité du sommeil et 6 à 10 % réunissent les critères de définition de l’insomnie primaire du DSM-IV.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte