Schizophrénie très précoce et autisme

Des relations à clarifier  Abonné

Publié le 05/03/2012

C’EST SEULEMENT À PARTIR du XIXe siècle qu’on commence à parler de folie chez l’enfant. En 1860, Morel emploie pour la première fois le terme de « démence précoce » chez un garçon de 14 ans. Diverses publications suivent et, en 1890 Kraepelin, souligne que les démences précoces surviennent surtout à la fin de l’adolescence mais aussi, parfois, chez l’enfant de moins de 10 ans. Parallèlement, au fil des travaux, surgit l’idée d’une possible organicité de ces démences.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte