Une molécule déjà testée dans l’asthme

Un espoir pour la calvitie  Abonné

Publié le 13/12/2012

EN COMPARANT le profil d’expression génique global dans les zones chauves et dans le cuir chevelu de 5 hommes affectés par une alopécie androgénique, des Américains ont découvert des taux élevés de prostaglandine D2 synthase (PGD2S), au niveau des ARNm et des protéines. Ce résultat a été confirmé sur un nombre plus important de sujets. La protéine prostaglandine D2 (PGD2) synthétisée par l’enzyme est 3 fois plus élevée dans les zones dégarnies que dans les zones chevelues.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte