Un pronostic nettement amélioré

Le cancer à l’heure de la médecine de précision  Abonné

Par
Publié le 05/05/2020
Thérapies ciblées, immunothérapie. Les cancers bronchiques non à petites cellules bénéficient aujourd’hui d’une approche thérapeutique individualisée, qui permet d’améliorer nettement le pronostic. L’immunothérapie semble aussi, dans une moindre mesure, donner de bonnes réponses dans les tumeurs à petites cellules.
15% des patients métastatiques sont vivants à 5 ans

15% des patients métastatiques sont vivants à 5 ans
Crédit photo : Phanie

Avec quelque 50 000 nouveaux cas par an en France, le cancer bronchopulmonaire est la première cause de décès par cancer chez l’homme et en passe de l’être chez la femme, dépassant le cancer du sein (lire aussi p. 20). De 10 à 15 % des cancers bronchiques non à petites cellules surviennent chez des non-fumeurs ou chez des anciens fumeurs (arrêt depuis plus de 20 ans), avec alors, chez ces patients, des anomalies génétiques très fréquentes au niveau tumoral, en particulier des mutations de l’EGFR, une translocation ALK ou ROS pour ne citer que les principales.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte