Restaurer de “bonnes” bactéries prévient l'allergie alimentaire chez la souris  Abonné

Par
Dr Véronique Nguyen -
Publié le 11/07/2019
Une approche thérapeutique très différente de l'immunothérapie orale

Une approche thérapeutique très différente de l'immunothérapie orale
Crédit photo : Phanie

« La perte de ces bactéries agit comme un interrupteur qui rend les enfants plus sensibles aux allergies alimentaires (AA) », explique le Dr Talal Chatila, directeur du Programme d'Allergie Alimentaire au prestigieux Boston Children's Hospital (États-Unis) et co-signataire de l'étude publiée dans Nature Medicine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte