Des outils utiles mais difficiles à maîtriser réellement

Face aux algorithmes, que restera-t-il de nos pédiatres ?  Abonné

Publié le 09/12/2019
Loin des phantasmes de machine humaine, l’intelligence artificielle faible est déjà une révolution concrète. En pédiatrie, de nombreuses applications sont en développement, qui permettront d’améliorer la performance ou de dégager du temps. Mais certaines questions se posent dès aujourd’hui.
Systématiques dans leur approche, les programmes dépassent les capacités d’exhaustivité de n’importe quel médecin

Systématiques dans leur approche, les programmes dépassent les capacités d’exhaustivité de n’importe quel médecin
Crédit photo : Phanie

Il est difficile pour nos médias de trouver le bon équilibre dans le traitement des sujets touchant à l’intelligence artificielle (IA). L’emballement quant à la naissance prochaine d’une IA « forte », c’est-à-dire consciente d’elle-même, est largement exagéré : les chercheurs en IA la jugent irréalisable. À l’inverse, l’IA « faible », qui tente d’imiter des capacités de raisonnement humain dans des tâches spécifiques, ne doit pas être sous-estimée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte