Pour diagnostiquer l’HTAP

Un projet de « nez électronique »  Abonné

Publié le 19/12/2013

L’UNITÉ INSERM 999 (« hypertension artérielle pulmonaire », dirigée par Marc Humbert) et le département d’ingénierie chimique du Russell BerrieNanotechnology Institute dirigé par le Pr Hossam Haick, vont réunir leurs compétences pour élaborer un dispositif « qui devrait permettre de différencier les signatures olfactives spécifiques de certaines maladies par une analyse de l’air exhalé, en identifiant des marqueurs de la maladie ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte