À partir de cellules épithéliales et chondrocytaires

5 ans plus tard, la greffe de trachée reste un succès  Abonné

Publié le 24/10/2013

DE NOTRE CORRESPONDANT

L’OPÉRATION FUT COMPLEXE, mais les résultats sont là. Cinq ans après la réalisation, chez une jeune femme, de la première greffe de trachée avec ensemencement de cellules souches, la patiente a bien toléré le greffon (malgré l’absence d’utilisation d’immunosuppresseurs), elle a recouvré une fonction pulmonaire normale et elle mène une existence qu’elle n’aurait pu avoir sans l’opération.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte