Pas d’algue pour les populations à risque

Par
Publié le 15/10/2018
algue

algue
Crédit photo : PHANIE

Il existe un risque non négligeable d’excès d’apport en iode (> 600 µg/j chez l’adulte) liée à la consommation d’algues. Fraîches, séchées ou en complément alimentaire, ce sont des produits en vogue (lire aussi page 8).

Les espèces les plus riches sont les algues brunes laminaires (Laminaria et Saccharina), ainsi que l’algue rouge Gracilaria verruqueuse, mais la teneur peut varier en fonction des conditions de production, de transformation ou de préparation. La réglementation limite la teneur en iode des compléments alimentaires à 150 µg/j.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)