Concilier plaisir et santé au restaurant  Abonné

Publié le 25/10/2012
1351129141380687_IMG_91437_HR.jpg

1351129141380687_IMG_91437_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

« Un plat, aussi bon soit-il sur le plan gustatif, ne sera pas autant apprécié s’il est consommé dans un environnement bruyant et un climat tendu que s’il est consommé dans une ambiance sereine et conviviale. ». Pour Caroline Jacquier, chercheure en sciences cognitives qui a intégré en 2011 le Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse afin d’étudier le rôle des émotions dans les comportements alimentaires, il ne fait aucun doute que l’appréciation d’un repas dépend également du contexte physique et relationnel dans lequel il est pris.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte