Le génome « fossilisé » de rétrovirus à l’origine de la SLA sporadique

Par Damien Coulomb
Publié le 02/10/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Crédit photo : Avindra Nath

Les symptômes de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) sporadique seraient dus à des portions d’ADN de rétrovirus intégrées au génome humain depuis plusieurs générations. La confrontation entre les humains et les rétrovirus débouche en effet parfois sur l’intégration d’ADN du virus, rétrotranscrit à partir de l’ARN viral, dans le génome des cellules infectées. Ces dernières expriment alors des protéines virales qui peuvent se révéler pathogènes.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?