Deux patients capables de neutraliser le VIH après l’intégration de l’ADN du virus par les lymphocytes

Deux patients capables de neutraliser le VIH après l’intégration de l’ADN du virus par les lymphocytes

05.11.2014
  • 1415207545561011_IMG_140556_HR.jpg

Certains patients seraient capables d’inactiver l’ADN du virus après son intégration dans le génome de leurs lymphocytes. C’est ce que semble indiquer les résultats publiés dans « Clinical Microbiology ans Infection », nés de la collaboration entre l’équipe de Didier Raoult (unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes de l’université Aix-Marseille) et celle d’Yves Lévy (service d’immunologie clinique et maladie infectieuse, hôpital Henri Mondor à Créteil). Les chercheurs français y décrivent deux patients qui, bien que porteurs du VIH-1 depuis plusieurs années, ne présentent aucune trace de virus détectable dans leur sang.

30 ans avec le VIH sans trace du virus dans le sang

Le premier patient de 57 ans s’est vu diagnostiquer une infection par le VIH en 1985, tandis que le second est un Chilien de 23 ans, contaminé lors d’une relation homosexuelle, et dont le diagnostic a été établi en 2011.

Aucun des deux patients ne présentait d’ARNm viral dans les cellules sanguines mononucléées du sang périphérique (PBMC). La première étape de l’équipe de Didier Raoult a donc été de confirmer que le virus était bien présent. « Nous avons procédé à une technique de PCR très agressive qui nous a permis de trouver des traces d’ADN viral intégré à l’ADN des PBMC », explique Didier Raoult. Ce processus a été qualifié de « laborieux » dans leur publication, puisque cet ADN viral était présent dans moins de 20 cellules sur un million.

La protéine APOBEC à pied d’œuvre

Le séquençage des 9 300 paires de bases qui composent ce morceau d’ADN viral a révélé qu’environ un quart des codons correspondant à l’acide aminé tryptophane était remplacé par des codons stop, c’est-à-dire des codons qui arrêtent la transcription de l’ADN. Ce remplacement est dû à l’action de l’enzyme APOBEC, qui est d’habitude bloquée par la protéine virale vif (viral infectivity factor) chez les malades.

« Notre hypothèse est que, chez ces deux patients, APOBEC est toujours active, soit parce que l’inhibition par vif ne se fait pas, soit parce que l’activité d’APOBEC dépasse les capacités d’inhibition de vif », explique Didier Raoult. Cette hypothèse s’accorderait avec une autre théorie qui suggère que ce serait la forte activité de la variante APOBEC3 qui empêcherait l’infection du VIH via les muqueuses buccales.

Le point de vue évolutionniste

L’équipe de Didier Raoult n’appartient pas au « monde du sida », nous explique-t-il. « Nous avons voulu donner un point de vue évolutionniste sur cette maladie ». Pour lui, cette découverte est une illustration de « l’hypothèse de la reine rouge », très célèbre en biologie évolutive.

Cette dernière voudrait que les agents pathogènes et les espèces animales se livrent une course à l’armement acharnée, simplement pour ne pas se faire distancer. « Chacun évolue pour prendre le pas sur l’autre, et le premier qui arrêtera de courir perdra », résume Didier Raoult.

Les contrôleurs d’élite

Adaptation ou pas, le phénomène observé chez les deux patients de l’étude est a priori très rare et ne serait retrouvé que chez les « contrôleurs d’élite ». L’équipe du Pr Yves Lévy est la première à avoir décrit cette catégorie très particulière de patients. Ils en suivent d’ailleurs 10 au sein de la cohorte de 1 700 patients contrôleurs de l’infection par le VIH qu’ils ont constituée. C’est dans ce groupe très restreint qu’ont été isolés les deux patients de l’étude.

Une piste pour l’avenir

Didier Raoult veut voir dans ces résultats une piste de recherche pour l’avenir : « Je ne pense pas que nous mettrons un jour un vaccin au point contre le sida car nous sommes incapables de développer naturellement une immunité contre ce virus. Mais s’il s’avère que certains parviennent naturellement à bloquer le virus, alors nous aurons décrit un mécanisme que nous pourrons tenter de reproduire », espère-t-il.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
06.11.2014 à 09h29

« Félicitations et bonne chance pour leurs études. Bien qu'ils soient loin du but je trouve leur approche plus intéressante que donner du Truvada en préventif... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le programme santé de Fillon trouble (aussi) Les Républicains

Fillon

Y a-t-il quelque chose qui cloche dans le programme santé de François Fillon ? Ses très proches jurent que non mais, au sein des... 6

Bisphénol A, PCB... les femmes enceintes très exposées en France

femme enceinte exposition perturbateur endocrinien

Plus de 70 % de taux d'exposition au bisphénol A, 99,6 % d'exposition à au moins un phtalate, 100 % d'exposition aux pyréthrinoïdes... les... Commenter

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?-1

Un membre du cabinet de la ministre de la santé Marisol Touraine est pressenti au poste de directeur général adjoint du prestigieux centre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter