Mieux que faire disparaître les inhibiteurs, les prévenir

L’hémophilie A pourrait bientôt bénéficier d’une tolérance immune in utero  Abonné

Publié le 23/02/2015
1424699777588556_IMG_148232_HR.jpg

1424699777588556_IMG_148232_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

L’administration de facteur VIII à un patient hémophile comporte toujours un risque d’induire des anticorps inhibiteurs. Cette complication, qui est la plus fréquente au cours de l’hémophilie, pourrait ne plus rester un mauvais coup du sort. L’équipe INSERM dirigée par le Dr Sébastien Lacroix-Desmazes suggère une piste thérapeutique pour pallier le fait que le patient n’a pas ou peu l’occasion avant la naissance de développer une tolérance sélective physiologique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte