Du concept à la pratique

1 000 jours pour améliorer la santé future  Abonné

Publié le 30/06/2020
Surnutrition, polluants, stress : les évènements précoces du développement du fœtus et du tout-petit influent sa santé future. Ils représentent désormais un nouvel axe de prévention des maladies non-transmissibles de l'adulte. Mais la mise en pratique de la prévention n'est pas si simple.
Des modifications épigénétiques durables qui peuvent se transmettre de génération en génération

Des modifications épigénétiques durables qui peuvent se transmettre de génération en génération
Crédit photo : phanie

Les « 1 000 premiers jours » correspondent à la période qui va de la conception aux deux ans de l’enfant. Au cours de cette période, l’enfant est particulièrement vulnérable non seulement en raison de sa fragilité naturelle et sa dépendance aux adultes mais aussi parce que l’environnement qui l’entoure, et parfois l’agresse, va influencer sa santé future.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte