Tests génétiques : s’assurer de la vérité du consentement  Abonné

Publié le 28/01/2016

Dans son avis 124, rendu public le 21 janvier, le comité consultatif national d’éthique (CCNE) a souhaité éclairer « la complexité » des questions éthiques que suscitent les tests génétiques et le séquençage de l’ADN humain à très haut débit.

Parmi les questions brûlantes, figure celle du consentement libre et informé, fondement du droit médical et de la bioéthique. « Ce dispositif nécessite d’être entièrement revu », dit le CCNE.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte