Modèles hépatiques : de la toxicité médicamenteuse à la greffe, de nombreux espoirs  Abonné

Par
Publié le 08/09/2020
Organoïdes hépatiques obtenus après 32 jours de culture par auto-assemblage de cellules iPSChumaines différenciées.

Organoïdes hépatiques obtenus après 32 jours de culture par auto-assemblage de cellules iPSChumaines différenciées.
Crédit photo : © Antonietta Messina, U1193

Les organoïdes hépatiques sont parmi les plus perfectionnés aujourd'hui. Leurs applications potentielles sont prometteuses. « Le foie effectue un nombre incroyable de fonctions : plus de 500 ont été identifiées, indique Anne Dubart-Kupperschmitt, directrice de recherche INSERM. Nous parvenons à reproduire nombre d'entre elles avec les organoïdes à des niveaux plus ou moins proches de la physiologie ».

Toxicité médicamenteuse

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte