Réduction de la splénomégalie, meilleure qualité de vie

Les bons résultats du ruxolitinib dans la myélofibrose  Abonné

Publié le 05/03/2012

NÉOPLASIE myéloproliférative, la myélofibrose peut être soit primitive, dite idiopathique (splénomégalie myéloïde) soit secondaire à une thrombocytémie essentielle ou à une polyglobulie de Vaquez. Elle se caractérise par une fibrose médullaire, une anémie progressive et une hématopoïèse extramédullaire, qui se manifeste principalement par une splénomégalie. Les symptômes sont des sueurs nocturnes, une perte de poids, un prurit et une fatigue.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte