En préservant les cellules bêta de l’auto-immunité

Une biothérapie pour freiner le diabète de type 1  Abonné

Publié le 29/06/2011

L’IMMUNOTHÉRAPIE trouvera-t-elle enfin sa place dans le diabète de type 1 ? Si ce n’est sans doute pas en monothérapie, une étude américaine dirigée par le Dr Jay Skyler, université de Miami, laisse la porte ouverte à cette nouvelle voie thérapeutique. Administré au stade précoce de la maladie, l’abatacept, une biothérapie utilisée depuis peu en rhumatologie, s’est révélée capable de limiter la perte de fonctionnalité des cellules bêta de Langerhans et de préserver ainsi une sécrétion endogène d’insuline.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte