Une étude de stratégie après la metformine

Sulfonylurées et pioglitazone font match nul en deuxième ligne

Par
Publié le 05/10/2017
sulfonylurées

sulfonylurées
Crédit photo : Phanie

Certes, la France a totalement exclu la pioglitazone de sa pharmacopée pour, selon certaines données surtout françaises, un surrisque de cancer de vessie. Cependant, cette molécule au mode d’action très spécifique continue à être utilisée à l’étranger, surtout avec des indications ciblées : insulinorésistance marquée, obésité androïde, sexe féminin. Rappelons que l’étude ProActive avait par le passé montré un certain bénéfice cardiovasculaire (CV) chez les patients ayant un diabète de type 2 (DT2).

Après échec de la monothérapie

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)