Diabète de type 1

Rendre l’adolescent acteur de sa prise en charge  Abonné

Publié le 04/02/2016
Une transition physiologique et psychique

Une transition physiologique et psychique
Crédit photo : PHANIE

À l’adolescence, le diabète devient plus difficile à équilibrer que durant l’enfance : une diminution physiologique de la sensibilité à l’insuline apparaît. En outre, le DT1 est d’autant plus complexe à gérer que le jeune est confronté – comme ses pairs – aux modifications pubertaires et au désir d’indépendance vis-à-vis de tous types de normes et d’obligations.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte