Évolution des rythmes chronobiologiques

Quand la société menace la santé  Abonné

Publié le 21/05/2015

Au-delà des anomalies respiratoires du sommeil (lire ci-dessus), c’est l’évolution des habitudes de sommeil qui peut influencer défavorablement le métabolisme du glucose. En effet, on constate une évolution des habitudes vers une réduction de la durée de sommeil. Or il a été constaté que les sujets qui ont une durée de sommeil trop courte (avec une norme évaluée à 7 heures de sommeil chez l’adulte) présentent un risque accru de développer une obésité, un diabète, une hypertension artérielle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte