Publication de recommandations dédiées au risque métabolique des anti-mTor et IKT  Abonné

Publié le 24/04/2014

Parmi les anticancéreux à activité « ciblée », deux classes, les anti-mTor (évérolimus, etc.) et les Inhibiteurs de tyrosine kinase (IKT ; sorafénib, sunitinib…), sont associées à un risque métabolique important. Il est caractérisé par des hyperglycémies et même des hypoglycémies pour les IKT avec de plus des hyperlipidémies fréquentes, parfois sévères (grade 3-4), néanmoins réversibles à l’arrêt du traitement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte