Édito

Pas sans les diabétologues !

Par
Pr Serge Halimi -
Publié le 25/03/2019

Le mot d’ordre est clair et connu désormais : valoriser le premier recours, à savoir la médecine générale. C’est logique… Si on n’oublie pas, pour valoriser, de former, d’évaluer, et d’organiser les soins en synergie avec tous les professionnels. Tous, vraiment ? Quid du deuxième recours, le diabétologue, de sa place dans ce métier pour lequel il a été longuement formé ? Comment comprendre qu’aujourd’hui la majorité des mises à l’insuline, aux arGLP1 et même à l’association des deux soient réalisées sans aucune intervention spécialisée ?

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?