Pas d’association d’emblée

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 05/11/2018

Certains prescripteurs s’orienteraient vers la prescription en première ligne d’une association d’antidiabétiques, les monothérapies procurant rarement plus de 1 % de baisse de l’HbA1c. Les sociétés américaines et européennes de diabétologie en sont restées à préconiser toujours un traitement par étapes (1), car, si la prescription initiale d’une association diminue plus fortement la glycémie et l’HbA1c, sa supériorité n’a pas été prouvée sur le maintien de l’équilibre et la progression du diabète de type 2 (DT2).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?