L’os du diabétique

Mal connu et mal exploré…  Abonné

Publié le 11/12/2014
La fréquence des fractures chez le diabétique suggère l'existence d'anomalies de l'os cortical

La fréquence des fractures chez le diabétique suggère l'existence d'anomalies de l'os cortical
Crédit photo : PHANIE

Les approches épidémiologiques et physiopathologiques confirment la fragilité de l’os du diabétique. Le risque de fracture est ainsi augmenté de 20 à 50 % dans plusieurs études épidémiologiques. Cette fragilité est due à une diminution du remodelage et de l’ostéoformation. Au surplus, il existe des altérations de la qualité de la matrice osseuse : l’hyperglycémie prolongée induit une glycation des molécules de pontages entre les fibres de collagène (formation d’Advanced Glycation End Product [AGE]), dont il résulte un vieillissement accéléré.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte