Obésité abdominale

L’IMC n’est pas un bon indicateur du risque cardio-vasculaire  Abonné

Publié le 26/11/2015
L'obésité abdominale, un élément du syndrome métabolique

L'obésité abdominale, un élément du syndrome métabolique
Crédit photo : PHANIE

L’IMC ou Indice de masse corporelle, aussi appelé indice de Quetelet, du nom du statisticien belge qui en a eu l’idée dès 1835 (1), est un indicateur qui permet de mesurer la corpulence d’un adulte pour en estimer le risque de maladies chroniques, notamment métaboliques ou de dénutrition. Cet instrument a ainsi été initialement créé pour effectuer des statistiques. Il est toutefois peu à peu devenu un instrument normatif de diagnostic de la corpulence individuelle et a fini par être adopté par l’OMS en 1997 (2).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte