Les incrétines : liraglutide surtout

- Publié le 17/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Quelques

études de courte durée (au maximum 24 semaines) et portant sur un faible effectif de patients DT1 ont déjà été publiées depuis 2011 sur ce sujet (1,2). L’administration de liraglutide comme traitement additionnel du DT1 y démontrait un bénéfice sur la variabilité glycémique (–50 % dès la première semaine de traitement) et, à 24 semaines, sur le contrôle glycémique (HbA1c passant de 6,4 à 6 %), une baisse des besoins en insuline basale (–25 %) et bolus (–30 %), comme et du poids (– 4,5 ± 1,5 kg) et de la pression artérielle.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?