Inhibiteurs de SGLT2 dans le diabète

L’empagliflozine fait espérer des effets collatéraux favorables  Abonné

Publié le 21/11/2012

RAPPELONS le mode d’action totalement original des inhibiteurs de SGLT2 qui bloquent environ 90 % de la réabsorption du glucose au niveau du tubule rénal proximal ; un effet qui est donc totalement indépendant des cellules bêta-pancréatiques et de l’insulinorésistance ; par ailleurs, en ciblant le glucose excrété, le risque d’hypoglycémie semble très faible. Le prix à payer pouvant être une augmentation des infections génito-urinaires, surtout chez la femme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte