Diabétologie en médecine générale - Médicaments antidiabétiques

Le débat concernant les incrétines  Abonné

Publié le 06/06/2013

Le patient avec un diabète de type 2 (DT2) se caractérise par une moindre réponse insulinique suite au repas. Ce défaut peut être corrigé en inhibant la dégradation du GLP-1 endogène grâce au blocage de l’enzyme DPP-4 qui l’inactive (gliptines : sitagliptine, vidagliptine, saxagliptine, linagliptine, alogliptine), soit en injectant un analogue du GLP-1 résistant à la DPP-4 mais mimant l’action du GLP-1 endogène (exénatide, liraglutide, lixisénatide), soit deux types de médicaments incrétine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte