Perturbateurs endocriniens

La réglementation dans le flou  Abonné

Publié le 13/04/2012
1334310603341250_IMG_81982_HR.jpg

1334310603341250_IMG_81982_HR.jpg
Crédit photo : AFP

« Hold-up sur la fertilité ». L’intitulé de la conférence organisée mardi à l’Assemblée nationale par le Réseau environnement santé (RES) sur les phtalates et perturbateurs endocriniens a le mérite d’interpeller. Couramment utilisés dans des domaines aussi divers que l’industrie automobile, les peintures, les encres d’imprimerie, le matériel médical, les médicaments, les cosmétiques ou les emballages alimentaires, certains phtalates font en effet l’objet d’un classement comme substance à risque reprotoxique (DEHP, BBP, DIPP, DMEP, DnPP et DBP).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte