La misère sociale : un facteur clé de mortalité  Abonné

Publié le 21/10/2013

L’analyse d’une cohorte de 1 038 patients, âgés en moyenne de 42 ans, suivis 10 ans dans deux centres londoniens (GSTT et King’s College) met en évidence que mauvais contrôle glycémique (HbA1c 9 %) et misère sociale sont deux facteurs indépendants de mortalité à 10 ans. Près de deux tiers des décès surviennent chez des sujets présentant un score social péjoratif (dernier quintile).

S Thomas. Age, glycaemic control and social deprivation independently predict 10-year mortality in a UK type 1 diabetes cohort.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte