Les dysthyroïdies à l’amiodarone

Des formes potentiellement graves  Abonné

Publié le 04/12/2012
1361808804393728_IMG_94837_HR.jpg

1361808804393728_IMG_94837_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

« L’AMIODARONE est un médicament plutôt ancien puisqu’il a été commercialisé en 1962. Cet antiarythmique est utilisé notamment pour traiter les fibrillations auriculaires, mais aussi les fibrillations ventriculaires. En dépit de ses effets secondaires thyroïdiens relativement importants, ce médicament continue d’être très utilisé car il est très efficace », explique Françoise Borson-Chazot, avant de préciser qu’entre 14 et 18 % des patients traités par amiodarone développent une pathologie thyroïdienne : soit une hypothyroïdie, soit une hyperthyroïdie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte