Pompe ou pas pompe

C’est le capteur qui fait la différence !

Par
Pr Serge Halimi -
Publié le 09/11/2019

Des résultats qui ne manqueront pas d’interroger certains : le capteur apporte plus à l’équilibre glycémique que la pompe à insuline, y compris en régime basal-bolus. Ce schéma thérapeutique étant par ailleurs bien moins coûteux.

Crédit photo : Phanie

Si on dispose depuis quelques années des pompes à insuline, ce n’est que très récemment que les capteurs pour la mesure en continu du glucose (MCG) ont été commercialisés. Ces outils thérapeutiques étant surtout destinés aux sujets ayant un diabète de type 1 (DT1). Une étude conduite aux États-Unis et en république Tchèque, Comisair-2 (1), s’est interrogée : laquelle de ces avancées technologiques est la plus déterminante pour contribuer à un meilleur équilibre glycémique ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)