On peut faire plus en prévention secondaire

Avec ou sans diabète, l’evolocumab repousse le risque CV résiduel

Par
Publié le 05/10/2017
evolocumab

evolocumab
Crédit photo : Phanie

Malgré une prise en charge globale de leur risque cardiovasculaire (CV), les patients à haut risque, et surtout en prévention secondaire, gardent un risque CV résiduel élevé. Cela est encore plus vrai chez les patients diabétiques, majoritairement de type 2 (DT2). La prise de statines, le contrôle tensionnel et glycémique optimisés, et toutes les autres mesures démontrées comme utiles, bien mises en œuvre, ne suffisent ainsi pas à réduire le risque CV absolu de ces patients.

27000 patients

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)