Transfert du grand-dorsal

Un ultime recours dans les ruptures massives  Abonné

Publié le 09/11/2015
Figure 1. Vue postérieure d’épaule : la coiffe des rotateurs postérosupérieure intègre SE : supra...

Figure 1. Vue postérieure d’épaule : la coiffe des rotateurs postérosupérieure intègre SE : supra...
Crédit photo : Dr A. Jacquot

Figure 4. Préparation du grand dorsal : Libération du muscle. Section du tendon au ras de l’humérus

Figure 4. Préparation du grand dorsal : Libération du muscle. Section du tendon au ras de l’humérus
Crédit photo : Dr A. Jacquot

Figure 5. Fixation du tendon au trochiter par ancres et points trans-osseux

Figure 5. Fixation du tendon au trochiter par ancres et points trans-osseux
Crédit photo : Dr A. Jacquot

Figure 3. Le muscle grand dorsal

Figure 3. Le muscle grand dorsal
Crédit photo : Dr A. Jacquot

Figure 1. Vue postérieure d’épaule : la coiffe des rotateurs postérosupérieure intègre SE : supra...

Figure 1. Vue postérieure d’épaule : la coiffe des rotateurs postérosupérieure intègre SE : supra...
Crédit photo : Dr A. Jacquot

La rupture de la coiffe des rotateurs est une pathologie fréquente. Parfois asymptomatique, elle occasionne souvent au cours de son évolution douleur, perte de force et des mobilités actives. Le nombre des réparations pratiquées a presque triplé ces vingt dernières années, mais jusqu’à 10 % des ruptures de coiffe rencontrées sont massives et irréparables (rétraction du tendon au niveau de la glène, infiltration graisseuse des muscles stade 3 ou supérieur).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte