Technique  Abonné

Publié le 10/11/2014

L’injection intra-articulaire, réalisée par un spécialiste, nécessite une bonne technique, puisqu’elle conditionne non seulement son efficacité, mais aussi sa tolérance (locale, lire encadré). Elle est parfois délicate sur une articulation sèche et peut bénéficier de certaines astuces. Hors genou – hanche, épaule en particulier –, le recours à un guidage radiologique ou échographique est préconisé. En cas d’épanchement articulaire avant l’injection, il faut traiter la synovite en priorité : repos, glaçage articulaire, AINS, et si nécessaire ponction-infiltration de corticoïdes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte