Chimiothérapie

Un jeûne préparatoire pourrait améliorer le traitement

Publié le 17/12/2008
1276103391F_600x_21619_IMG_5772_1230005441609.jpg

1276103391F_600x_21619_IMG_5772_1230005441609.jpg
Crédit photo : S Toubon

UN JEÛNE DE quarante-huit heures semble protéger les cellules saines des effets non spécifiques des molécules antitumorales. Ce phénomène pourrait permettre d’augmenter les doses de médicaments, améliorant ainsi l’efficacité des traitements.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?