Tumeurs neuroendocrines digestives 

La radiothérapie métabolique validée  Abonné

Par
Publié le 26/11/2018
tumeur neuroendocrine

tumeur neuroendocrine
Crédit photo : Phanie

Dans les tumeurs neuroendocrines (TNE), la radiothérapie interne vectorisée (RIV) consiste à injecter l’octréotide, un analogue de la somatostatine, couplé à un chélateur et un atome de lutetium 177, qui va se fixer sur les récepteurs de la somatostatine présents au niveau tumoral. On réalise ainsi une radiothérapie extrêmement ciblée dont l’efficacité est corrélée à la quantité de récepteurs et à l’intensité de la captation. Condition sine qua non, la présence de récepteurs mais 85 à 90 % des TNE digestives bien différenciées les expriment.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte