Éditorial

Ici et maintenant

Par
Jean Paillard -
Publié le 27/02/2020

Ce notable a inspiré Flaubert et Balzac. Et si l’on use aujourd’hui du plus-que-parfait pour évoquer la figure tutélaire du médecin de campagne, c’est parce qu’elle est devenue dans nos contrées presque aussi rare que celle du curé. Non que le corps médical ait complètement déserté la ruralité. Mais il s’y fait de plus en plus désirer, obligeant les édiles à rivaliser d’imagination pour réenchanter l’exercice de la médecine au niveau du canton. Dans bien des endroits, la situation est critique. Et la position des élus locaux paradoxale.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)