Traitement du cancer de la prostate

Des marqueurs d’agressivité pour adapter au mieux la prise en charge  Abonné

Publié le 12/05/2014
1402653405520257_IMG_129045_HR.jpg

1402653405520257_IMG_129045_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Après un diagnostic de cancer de la prostate, il existe un risque de surtraitement et, a contrario, un risque de sous-traitement. En effet, les essais ayant comparé prostatectomie et surveillance ont mis en évidence un léger bénéfice de la chirurgie (11 %), avec un risque plus faible de progression métastatique ou de mortalité spécifique chez les hommes de moins de 65 ans. Mais, ces études soulignent aussi une absence d’évolution pour la majorité des hommes du groupe surveillance et montrent qu’il faut traiter huit hommes pour prévenir un décès par cancer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte