Abeilles, guêpes, frelons

Quand ça bourdonne et ça pique  Abonné

Par
Guy Dutau -
Publié le 07/05/2020
Avec le déconfinement, retour des sorties champêtres et son corollaire attendu, les douloureuses piqûres d’hyménoptères. Fréquemment responsables de sensibilisation, elles doivent faire l’objet d’une prise en charge adaptée.
Frelon européen

Frelon européen
Crédit photo : DR

Frelon asiatique

Frelon asiatique
Crédit photo : DR

Guêpe vespula

Guêpe vespula
Crédit photo : DR

Bourdon

Bourdon
Crédit photo : DR

Guêpe poliste

Guêpe poliste
Crédit photo : DR

Abeille mellifère

Abeille mellifère
Crédit photo : DR

Les hyménoptères responsables d’allergies en Europe sont les abeilles (Apidés), les guêpes (Vespidés et polistes), les frelons. L’aiguillon barbelé des abeilles reste implanté dans le derme, elles ne peuvent piquer qu’une fois, tandis que les guêpes peuvent repiquer. Les venins (0,5 à 2 µL par piqûre) comportent des substances de bas PM (10-50 kDa) : amines biogènes, peptides (mellitine, apamine), kinines. Après une première piqûre, une sensibilisation (IgEs positives) existe chez plus du tiers des sujets, puis disparaît en 5 à 10 ans en l’absence d’autre piqûre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte