Addiction aux opiacés  

Suboxone, proposée en milieu carcéral  Abonné

Publié le 11/04/2013

LORSQUE LE TRAITEMENT est administré par voie sublinguale, la naloxone n’est pas absorbée et n’a pas d ‘effet pharmacologique, permettant ainsi à la buprénorphine de jouer pleinement son effet thérapeutique. En revanche, si Suboxone est injecté par voie veineuse ou intranasale, la naloxone déploie ses activités antagonistes chez les patients dépendants, limitant ainsi le risque de détournement et de mésusage.

Différentes études comparatives ont montré que Suboxone était aussi efficace que la buprénorphine seule (1) et que la méthadone (2).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte