MG addiction réclame la prescription de méthadone en ville avant les élections de 2017

Par Damien Coulomb
Publié le 05/12/2016
- Mis à jour le 05/12/2016
methadone

methadone
Crédit photo : PHANIE

Le pôle médecine générale de la fédération addiction, MG Addiction, a lancé un appel pour accélérer la publication d'un décret en Conseil d'État autorisant et encadrant la prescription de méthadone par les médecins de ville.

Cet appel s'accompagne du lancement d'un formulaire en ligne destinée aux médecins de ville, pharmaciens et médecin de centres de soins d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) qui s'intéressent à cette nouvelle mission.

La prescription de méthadone n'est pour l'instant possible actuellement que dans les centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) et dans les établissements de santé. Fin 2014, l'étude Méthaville avait démontré que des médecins généralistes bien formés, sous contrat avec un CSAPA, étaient aussi compétents que des spécialistes opérant dans ces structures. Ces résultats ont guidé l'écriture d'un projet de primo-prescription de méthadone en médecine de ville (PPMV) qui a reçu un avis favorable de l’ANSM et figure parmi les recommandations de l’audition publique sur la réduction des risques et des dommages d’avril 2016.

« Nous assistons à une forme d'enlisement de ce projet qui nous inquiète car il retarde d'autant l'amélioration du dispositif de soin et pérennise la consommation de méthadone et d’opiacés de rue », constate MG Addiction.

1 000 signataires pour bien couvrir le territoire

Pour l'instant, 300 signataires ont déjà rempli le formulaire, « cela nous permet aussi de cartographier et de recenser les médecins généralistes intéressés, explique le Dr Xavier Aknine, référent de MG addiction, nous espérons atteindre 1 000 signatures, ce qui est un objectif aussi symbolique que fonctionnel. Nous demandons des signataires médecins de ville, médecins travaillant en CSAPA et pharmaciens, c’est-à-dire tous ceux qui participeront à la dispensation ».

Les formations, obligatoires pour les médecins de ville qui souhaitent prescrire de la méthadone seront organisées par les différentes ARS. MG addiction se mobilisera d'ailleurs pour participer à l'élaboration de ces formations. « Nous ne savons pas quelles seront les priorités du gouvernement nommé après les élections législatives de 2017, il faut donc que les décrets sortent avant », prévient le Dr Aknine.

L'appel de MG addiction s’adresse « solennellement » à la ministre des Affaires sociales et de la Santé pour qu'elle instaure rapidement cette nouvelle possibilité thérapeutique, avec toutes les dispositions de sécurité nécessaires. 


Source : lequotidiendumedecin.fr